L’Afrique doit s’unir contre Air-France-KLM : mes raisons !

Crédit Photo @l'express.fr

Crédit Photo @l’express.fr

L’avenir de l’Afrique réside dans le panafricanisme. Vous êtes d’accord avec moi ou pas ? Partant du constat de la sourde grève des pilotes d’Air France-KLM depuis deux semaines déjà,

Partant du constat de la poursuite de la grève ce vendredi 26 septembre, malgré la reprise des négociations entre les syndicats et la direction, et malgré l’abandon du projet de low cost Transavia Europe par la direction,

Partant du constat du coût très élevé des transports de la compagnie Air-France-KLM en Afrique,

Partant du constat selon lequel la direction d’Air France tente d’imposer, au-delà d’un nouveau contrat social dégradé, une autre idée sur laquelle doit reposer à l’avenir toutes revendications sociales,

Partant du constat des flux très importants des voyageurs de l’Afrique vers les autres destinations dans le monde,

Partant du constat de perturbation de manière drastique des vols réguliers ainsi que l’acheminement normal de divers produits de première nécessité ou de consommation, entre l’Afrique et le reste du monde,

Partant des exemples de succès florissants de compagnies professionnelles africains comme Ethiopian Airlines, South African Airlines, Kenya Airways, Egypt Air, Royal Air Maroc, Asky, Air Congo et consorts,

Partant de l’absence totale d’une d’une compagnie concurrente d’Air France-KLM dans le ciel africain notamment francophone ces dernières années,

Moi modeste journaliste et Blogueur togolais je rejoins mon grand-père et chantre du panafricanisme et compatriote Edem Kodjo pour appeler les Africains à la création d’une compagnie panafricaine ou le retour en force de la compagnie Air Afrique. Tout ceci pour dire non à la punition, à la dictature et aux châtiments injustes que l’on inflige aux voyageurs (africains) et aux produits africains qui doivent utiliser les lignes AIR FRANCE-KLM.

L’Afrique doit penser à son relèvement économique par la création d’une agence plus dynamique plus fort avec un réseau plus large. Tout ceci doit interpeller l’Union africaine et les autres instances africaines. Elle doit désormais être au cœur des préoccupations, des discussions de développement et des questions essentielles relevant de l’avenir de l’Afrique.

Togolais  viens, Bâtissons la cité !