Catégorie : Togolaiseries

Exclusivité : Un blessé Burkinabè témoigne avoir reçu les balles de l’armée togolaise

Des militaires des Forces armées togolaises lors du défilé du 27 avril 2014 à Lomé

Des militaires des Forces armées togolaises lors du défilé du 27 avril 2014 à Lomé

L’information ne fait pas encore la une de la presse internationale, mais mérite une attention particulière. Dans une vidéo de 27 secondes mise en ligne il ya 24 heures, un blessé par balle lors des récentes manifestations au Burkina-Faso accuse publiquement l’armé togolaise d’avoir tiré une balle sur lui. La victime Karim Boua actuellement hospitalisée à l’hôpital national « Blaise  Compaoré », a déclaré le 04 novembre 2014 lors d’une visite des autorités actuelles du pays, que les militaires togolais lui ont tiré dessus.

Une déclaration qui rame à contre-courant avec les démentis des autorités togolaises. Ces derniers par la voix du colonel Komlan Adjitowou de l’État major des Forces armées togolaises, avaient démenti formellement vendredi dernier « la présence de militaires togolais au Burkina Faso ». Pour l’heure, les rumeurs relayées par la presse locale et les réseaux sociaux continus de semer le flou au sein de l’opinion. En attendant que cette affaire soit élucidée avec des preuves formelles, souffrez de suivre la déclaration de la supposée victime sur ce lien 

 

 



Chocolat « Made in Togo » vous avez dit ?

Échantillons du chocolat togolais "Choco Todgo" Crédit photo @Emmanuel-Vitus

Échantillons du chocolat togolais « Choco Todgo » Crédit photo @Emmanuel-Vitus

L’audace, le courage, le succès et la persévérance, tels sont les maitres mots qui ont toujours guidé mes pas à part les recommandations familiales. Janvier 2013, mon Curriculum venait de séduire le jury du projet Fair Young Sustainale Inclusive and Cooperative (FYSIC) du programme Youth in Action (Jeunesse en Action) de l’Union européenne (UE). Un entretien et un test sévère en anglais avec une mention excellente séduisent à nouveau le jury et m’ouvrent grandement les portes de l’entrepreneuriat. Je venais d’être sélectionné parmi plusieurs jeunes togolais.

Formation dans un laboratoire artisanal de Modica (Italie) en mai 2013

Formation dans un laboratoire artisanal de Modica (Italie) en mai 2013 Crédit Photo @Emmanuel-Vitus

Quelques séries de formations de haut niveau au Togo en entrepreneuriat, comptabilité, négociations de financement et la création de coopératives. Deux voyages en Italie (Sicile & Mondica), puis à la foire internationale du chocolat équitable Cita Di Castello (Italie), où l’on se frotte à la fabrication artisanale du chocolat, sur les enjeux du commerce équitable, à la gestion des coopératives et le tourisme responsable, top au travail !

Participation à la foire internationale du chocolat équitable Cita Di Castello (Italie)

Participation à la foire internationale du chocolat équitable Cita Di Castello (Italie)

 Juin-juillet 2013, nous avons osé monter sur fond propre, un Laboratoire traditionnelle à Lomé avec à la solde la fabrication de la première plaquette de chocolat togolais 100 % bio.

Février 2014, l’honneur m’échoit de voyager et d’échanger avec les jeunes chocolatiers ivoiriens du Grand Bassan (Abidjan). La traversé des plus grands cacaoyers de la Côte d’Ivoire (Grand Lahou, San-Pedro) pour ne citer que ceux-là, la rencontre des membres du Conseil café-cacao de Côte-d’Ivoire, le ministre ivoirien de l’Agriculture et les grands paysans du pays me donne encore du réconfort. Une semaine de travaille intense avec à la solde l’organisation de la première foire de chocolat artisanal ivoirien.

Abidjan Février-Mars 2014 avec les chocolatières italiennes

Abidjan Février-Mars 2014 avec les chocolatières italiennes

L’heure n’était plus au grand repos. Mars 2014, nous poussons encore très loin en organisant le tout premier salon de Chocolat au Togo. Chocolat au gingembre, chocolat à l’arachide, chocolat au tapioca soufflé (extrait de l’amidon du manioc), chocolat à l’anise ; des pattes de chocolat 100 % cacao, des savons de cacao, du yaourt au chocolat, des boissons de chocolat (…). Ce sont là les produits exposés le 21 mars 2014 au siège du parlement togolais, histoire de faire déguster et de célébrer sous toutes les formes et dans tous les états le chocolat togolais, celle issue du labeur des fils du pays.

Avec les autres membres du projet en pleine séance de tri du cacao à Lomé Crédit Photo @Emmanuel-Vitus

Avec les autres membres du projet en pleine séance de tri du cacao à Lomé Crédit Photo @Emmanuel-Vitus

Aujourd’hui, loin de concurrencer les grandes firmes internationales de l’agroalimentaire et les grandes marques tels la chocolaterie « CEMOI », « DASKALIDES », « LÉONIDAS », « TOBLERONE », l’on se contente de faire consommer au maximum des Togolais, le chocolat bio « made in Togo », issu d’un commerce équitable avec une texture granuleuse du sucre roux également made in Togo. L’entrepreneuriat, moi et le chocolat togolais, c’est une très belle et longue histoire. Bref « je rêve en couleurs »!



Réponse d’Alberto Olympio à ma lettre ouverte : Un véritable discours politicien huilé de flatterie !

Alberto Olympio  lors de son investiture comme candidat de son parti à Lomé

Alberto Olympio lors de son investiture comme candidat de son parti à Lomé

Il y a quelque jours, je publiais sur ce même blog une lettre ouverte que j’ai adressée à M. Alberto Olympio, PDG du groupe Axxend, président du « Parti des Togolais » et candidat à la présidentielle de 2015 au Togo. Sa réponse ne s’est pas fait attendre. Il m’a adressé sa lettre de réponse dans les 24 heures qui ont suivi ma publication. Une réponse que j’ai rendue publique sur ce même blog. Dans sa correspondance, M. Alberto Olympio tente de lever l’équivoque des questions évoquées dans ma lettre. D’un discours politicien lubrifié de flatterie et d’interaction virtuelle d’une équipe de communication bien douée, mes attentes sont très peu comblées.

Lavage de cerveau et tambouille politicienne, je refuse !

imagesJ’invite vivement M. Alberto Olympio à concilier son discours de changement aux réalités sur le terrain. Qu’il part en guerre contre la faim, le chômage, la mortalité infantile et maternelle au Togo, le pouvoir viendra ensuite ! Le peuple togolais le plébiscitera s’il constate qu’il est vraiment l’homme de la situation qui peut décanter la crise. Il faut commencer au bas de l’escalier, grimper graduellement que de vouloir prendre l’ascenseur et aller en besogne. Je ne suis pas en train de faire un cours de politique à M. Alberto et les siens, je n’en suis même pas à la hauteur de ses souliers, mais juste un point de vue. Convenez avec moi que le « rêve » de Martin Luther King aux USA ne s’est pas réalisé en un an.

Je vous invite à revenir au Togo, à investir au Togo, embaucher tous les jeunes chômeurs qui rodent autour de vous, qui croit en votre vision et chantent votre gloire à longueur de journée. Je veux vous voir sur d’autres champs qui relèvent de votre domaine et capacité d’investissement, je veux vous voir investir dans les secteurs porteurs de notre pays et désenclaver les zones rurales. Votre grand projet d’« offrir au grand public africain une connexion gratuite à l’internet »  sera le bienvenu au Togo et là je pourrai enfin « accorder » un crédit à vos propos et  votre vison de (suite…)



Réponse d’Alberto Olympio à ma lettre ouverte (Copie intégrale)

Capture d’image-en-tête de la lettre-réponse d’Alberto Olympio+ illustration

Capture d’image-en-tête de la lettre-réponse d’Alberto Olympio+ illustration

Bonjour Emmanuel,

Tout d’abord merci de m’avoir adressé cette correspondance dont j’ai pris connaissance avec beaucoup d’attention. Les points que vous soulevez méritent que j’y apporte des réponses claires. Le Parti des Togolais, mon équipe et moi-même allons bien, et je vous remercie de votre sollicitude. Comme vous vous en doutez, à quelques mois d’élections où nous sommes venus pour faire avancer les choses, nous sommes très occupés aussi bien en interne, que pour la préparation d’actions sur le terrain, sans compter les voyages à l’extérieur du pays, parce qu’il faut aussi expliquer le projet de rénovation qu’est le nôtre aux partenaires internationaux. Étonné par votre lettre ouverte ? Non mon cher concitoyen. Je dirai plutôt interpellé.

 Vos questions sont certainement l’écho de celles de beaucoup d’autres jeunes qui n’ont pas osé comme vous, aller jusqu’au bout de leurs interrogations, raison pour laquelle il est important pour moi de vous répondre, point par point, pour tous ceux qui ont le même questionnement. On y va ?

 Sur la question de la sincérité de mon engagement politique

 Je pense que la sincérité ne nait, ni ne meurt avec la politique. Elle fait partie de la nature de tout individu. On l’est ou on ne l’est pas. On le demeure ou on se laisse dévorer par un système, tout simplement.

J’ai fait toute ma carrière dans l’entreprise, et je suis un homme pragmatique. J’ai décidé de me consacrer pleinement et avec toutes mes forces et moyens à ce projet politique pour mon pays. Mon seul objectif est de donner le bien être aux Togolaises et Togolais, car j’ai la conviction que vivre mieux au Togo, c’est possible et il en est grand temps.

Pour moi, ce n’est pas un sacrifice que de me consacrer à mon pays. C’est un devoir. C’est un sacerdoce. C’est de la sincérité à l’état pur.

En ce qui me concerne, je suis entré en politique comme j’ai débuté mon parcours d’études, puis ma vie professionnelle : Avec l’exigence de réussite et du respect de la parole donnée.

Mais détrompez-vous, ce n’est pas ma sincérité qui changera ce pays. Ma sincérité je l’espère contribuera à gagner votre confiance et j’en ai grandement besoin. Votre confiance sera la force qui me donnera l’énergie dont j’ai besoin tous les jours pour aller de l’avant, avec chaque citoyen désireux d’améliorer le quotidien des togolais. En revanche, c’est mon efficacité que j’ai le devoir à mon tour de mettre à disposition pour ne pas décevoir vos attentes, oh combien nombreuses.

 La question que j’aurai aimé que vous me posiez aussi est la suivante: Alberto a-t-il les capacités et l’équipe pour transformer ce pays ?

Et là je te dis, en toute sincérité (suite…)



Présidentielle 2015 au Togo : On ne change pas « l’équipe qui gagne » à la CENI !

Photo montage par  @vitus

Photo montage par  @vitus

Grosse surprise ! L’information est de taille et va bouleverser l’actualité togolaise de ce mardi. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Togo vient d’élire les membres de son bureau exécutif. Contre les attentes de la classe politique et les pronostics de la presse, M. Taffa Issifou Tabiou, l’ancien président de la CENI à l’élection présidentielle de 2010, va « reprendre » les commandes de l’institution pour conduire le processus des élections de 2015.

« Issu de la Société civile, M. Taffa Issifou Tabiou est élu président de la CENI par 10 voix favorables sur onze votants » souligne le communiqué officiel

Les autres membres du Bureau exécutif sont élus par consensus au sein des dix-sept membres de l’institution avec M. Bemba Nabourema (opposition parlementaire), au poste de Vice-président, M. Yao Daté (Société civile), au poste de Premier rapporteur et M. Baoubadi Bakaï (Majorité parlementaire) au poste de Deuxième rapporteur.

« Le Bureau d’âge présidé par Me Jean-Claude Homawoo, et Mme Mokpokpo Dosseh comme Rapporteur, qui conduit les travaux depuis la mise en place de l’institution le 29 septembre 2014 achève ainsi la réalisation de la deuxième mission (suite…)



Lettre ouverte à Alberto OLYMPIO

Alberto Olympio à Lomé en juillet 2014

Alberto Olympio à Lomé en juillet 2014

Bonsoir M. Alberto Olympio,

Comment allez-vous ? Et le parti des Togolais ? En lisant cette lettre, vous allez certainement vous posez des questions sur ma personne et pourquoi je vous adresse ces mots. Je suis tout simplement, citoyen togolais, modeste journaliste et observateur de la vie politique togolaise. D’entrée, je vous félicite pour ce grand pas de géant que vous marquez dans la politique togolaise avec la création du « Parti des Togolais » que vous dirigez avec soins.

L’objet de ma lettre n’est rien d’autre que la seule grande question, qui taraude l’imaginaire esprit collectif de nombreux Togolais et de la diaspora : « la sincérité de votre engagement politique au Togo ». Nombreux togolais vous trouvent jeune, excellent et que vous constituez un modèle pour les jeunes togolais de par votre succès professionnel. Ils vous apprécient (cliquez pour voir la photo), ils vous aiment (plus de 6 528 mentions J’aime sur votre page Facebook), ils croient en vous, mais ils veulent que vous les rassuriez de votre sincérité à ne jamais aller au « mangeoire » comme vos ainés qui aujourd’hui sont classés dans les archives lointaines.

Je sais que vous avez hérité d’un nom (OLYMPIO) qui vous (suite…)



Université de Lomé : Messanvi Gbéassor à la barre !

Pr. AHADZI-NONOU  crédit photo ub.tg

Pr. AHADZI-NONOU
crédit photo ub.tg

Le professeur AHADJI NONOU n’est plus président de l’Université de Lomé. L’information est tombée hier dans un communiqué officiel issu du conseil des ministres. Il sera assisté dans sa tâche par le professeur Koffi Sanda, nommé premier vice-président chargé des affaires académiques et Mme Awovi Kafui KPEGBA, deuxième vice-présidente de l’Université chargée des affaires administratives de l’Université de Lomé.

Nommé en 2006 à la tête de l’université de Lomé, c’est sous la direction du Pr AHADZI-NONOU que le « très contesté » système LMD connaitra son application à partir de 2008.

À 59 ans, il cède son fauteuil à l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et vice-président de l’Université Catholique (UCAO-Lomé), Pr Messanvi Gbéassor.

Le professeur AHADJI NONOU à l’heure du bilan…

(suite…)



Pour Andoch Noutépé BONIN, mes douleurs ne sont plus à panser !

bonin 2Une grande bibliothèque vient de brûler ce 06 octobre 2014. Une immense source d’information de première main vient d’être détruite et le Togo vient de perdre un colosse de la politique, une des figures emblématiques de la lutte pour l’avènement de la démocratie au Togo. C’est avec beaucoup d’émoi et de stupéfaction que j’ai appris ce matin, le décès d’Andoch Noutépé Bonin dit « papa la pipe » comme l’appellent affectueusement les Togolais.

À 75 ans, Le destin a voulu que M. Andoch Noutépé BONIN nous quitte au lendemain de l’anniversaire du soulèvement populaire du 05 octobre et au terme d’un combat politique qu’il a livré, de manière discrète et exemplaire, durant plusieurs décennies avec exils et acharnement sans jamais se plaindre. Tenace et fort jusqu’au bout, il laissait paraître à tous, dans l’exercice de son métier de traducteur professionnel, et à son entourage immédiat, qu’il surmonterait cette maladie implacable. (suite…)



Universités togolaises, je hais vos diplômes ISO-9001 (Deuxième partie)

Illustration / Étudiants togolais  lors d’une visite d’entreprise  à Lomé en 2012. Crédit Photo @vitus

Illustration / Étudiants togolais lors d’une visite d’entreprise à Lomé en 2012. Crédit Photo @vitus

Chers lecteurs, quand j’ai publié la première partie de ce billet, nombreux étaient les réactions qui me sont parvenu inbox, soit par mail, soit à travers les commentaires sur les réseaux sociaux. Plusieurs sont revenus sur l’introduction que j’ai faite au billet concernant la mauvaise application du système LMD à l’université de Lomé bien que cela ne soit ni l’angle ni l’objectif de mon billet.

Pour ouvrir cette parenthèse, et comme j’ai eu à répondre à certains lecteurs d’une manière ou d’une autre, j’avoue qu’en pointant du doit les manquements dans l’application de ce système, mon vœu le plus ardent une fois encore, est qu’on face aujourd’hui l’état des lieux de cette réforme et de s’interroger sur les difficultés rencontrées ici et là pour les surmonter. Il faut que les acteurs soient outillés sur la pertinence de la réforme LMD par rapport aux enjeux et défis actuels de l’enseignement supérieur.Aujourd’hui j’ai mes diplômes, mais je ne veux plus que les générations à venir passent par ce labyrinthe compliqué de l’Université de Lomé pour obtenir les leurs.

Comme promis pour une suite au billet précédent, notez que pour comprendre objectivement la valeur d’un établissement d’enseignement supérieur, il existe des labels qui permettent de distinguer les bonnes formations des moins bonnes. (suite…)



Universités togolaises, je hais vos diplômes ISO-9001 (Première partie)

Photo montage @Vitus

S’il vous arrive d’allumer une chaine de télévision au Togo en cette période de rentrée, cinq minutes suffisent pour les voir passer sur vos écrans. Il s’agit bien des publicités de tout genre des grandes écoles. En matière d’écoles supérieures, le Togo bat le record dans l’Afrique francophone par rapport au nombre d’étudiants et à la taille du pays.

À Lomé, la capitale, chaque quartier dispose presque son université. Les écoles tendent à dépasser les étudiants. Ils poussent comme des champignons et disparaissent comme des victimes d’Ebola. Le niveau des diplômes qu’il délivre dépasse parfois celui des enseignants. (suite…)